L'Oxygénothérapie

L'Oxygénothérapie

Introduction

L’oxygénothérapie est un traitement qui introduit dans l'organisme du patient une quantité supplémentaire d'oxygène: l’oxygène sert à l'organisme pour bien fonctionner et, dans des conditions normales, ce sont les poumons qui absorbent l'oxygène de l'air, par le biais de la respiration. Il existe toutefois des pathologies et certains troubles qui empêchent le patient d'absorber une quantité suffisante de ce gaz.

L’oxygénothérapie peut aider le patient à se sentir mieux et à être plus actif. L'oxygène est fourni en bouteilles de métal ou bien en d'autres types de récipients. Il traverse un petit tube et atteint les poumons de l'une des façons suivantes:

  •   à l'aide d'une canule nasale, forme de deux petits becs en plastique, placés un sur chaque narine,
  •   à l'aide d'un masque facial, qui couvre le nez et la bouche,
  •   à l'aide d'un tube inséré dans la trachée à la base du cou (le médecin pratique une incision pour insérer le petit tube. Le traitement qui administre l'oxygène de cette façon est appelé oxygénothérapie trans-trachéale.

L'oxygénothérapie peut être pratiquée à l'hôpital, en ambulatoire ou bien à domicile. Si le patient a besoin de ce traitement pour des pathologies ou troubles chroniques, l'oxygénothérapie sera probablement à domicile.

Appareil respiratoire

Pour comprendre comment fonctionne l'oxygénothérapie, il peut être utile de connaître le fonctionnement de l'appareil respiratoire, c'est-à-dire de l'ensemble des organes et tissus qui servent à respirer.. L’appareil respiratoire comprend les voies respiratoires et les poumons.

Les voies respiratoires permettent le passage de l'air riche en oxygène direct vers les poumons. Elles permettent également de faire passer de l'anhydride carbonique (le gaz de rejet) qui sort des poumons

L’air entre dans l'organisme à travers le nez ou la bouche, qui humidifient et le réchauffent; puis il traverse le larynx et la trachée. La trachée se divise en deux tubes plus petits, appelés bronches, qui sont reliés aux poumons.

À l'intérieur des poumons, les bronches se divisent en milliers de petits tubes plus petits et plus étroits, appelés bronchioles. À l'extrémité des bronchioles nous trouvons de nombreuses petites grappes de minuscules poches (les alvéoles).

Chaque alvéole est recouverte d'un réseau de minuscules vaisseaux sanguins (capillaires), reliés à un réseau d'artères et de veines qui font circuler le sang dans tout l'organisme.

Quand l'air atteint les alvéoles, l'oxygène qu'il contient traverse les parois des alvéoles et se termine dans le sang qui circule dans les capillaires.

Le sang riche en oxygène atteint ensuite le cœur, en traversant la veine pulmonaire et ses dérivations. Le cœur pompe le sang riche en oxygène vers les différents organes.

Certaines pathologies et certains troubles aigus (de courte durée) et chroniques (de longue durée) peuvent avoir une influence négative sur l'échange d'oxygène entre les alvéoles et le sang: parmi eux, rappelons la pneumonie et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Le médecin décidera si le patient doit se soumettre à l'oxygénothérapie selon les résultats des examens, par exemple la gazométrie sanguine (EGA) et l'oxymétrie de pouls. Ces examens servent à mesurer la quantité d'oxygène présente dans le sang: si le niveau d'oxygène est trop abs, le patient doit recourir à l'oxygénothérapie.

L’oxygène est considéré comme un médicament, donc pour le recevoir, il est nécessaire d'avoir une prescription du médecin.

Pronostic

L’oxygénothérapie aide de nombreux patients à vivre une vie plus pleine et plus active. Elle peut en outre être utile pour:

  •   diminuer la sensation de manque de souffle et de fatigue,
  •   améliorer la qualité du sommeil chez les patients qui souffrent de troubles du sommeil liés à la respiration,
  •   augmenter l'espérance de vie des patients souffrant de BPCO.

L’oxygénothérapie peut être nécessaire à long terme, toutefois, elle ne doit pas limiter les activités quotidiennes du patient. Les bouteilles d'oxygène portables peuvent faciliter les déplacements et le déroulement des activités normales.

L’oxygénothérapie en général est sûre, mais peut présenter un risque d'incendie: pour utiliser l'oxygène en toute sécurité, suivez les instructions qui vous seront données par les infirmiers à domicile.

Pour qui est-elle indiquée?

Le médecin peut vous conseiller l'oxygénothérapie si le niveau d'oxygène dans le sang est très bas.

Troubles et pathologies aiguës

Les patients peuvent recevoir l'oxygénothérapie s'ils sont hospitalisés pour une pathologie grave qui les empêche de recevoir une quantité suffisante d'oxygène dans le sang. Une fois guéris, le traitement sera probablement interrompu.

Parmi les troubles et les pathologies pour lesquels l'oxygénothérapie peut être nécessaire, nous rappelons:

  •   La pneumonie grave. La pneumonie est l'infection d'un ou des deux poumons. Si elle est grave, elle provoque l'inflammation profonde des alvéoles qui n'arrivent donc pas à échanger une quantité suffisante d'oxygène avec le sang.
  •   Crises d'asthme graves. L’asthme est une pathologie pulmonaire qui enflamme et fait se rétrécir les bronches. La majeure partie des patients qui souffrent d'asthme, y compris de nombreux enfants, arrivent à gérer les symptômes en toute sécurité, toutefois, si les crises d'asthme sont graves, le patient peut avoir besoin d'une hospitalisation pour recevoir une oxygénothérapie.
  •   Syndrome de détresse respiratoire ou dysplasie bronchopulmonaire chez les enfants nés prématurés. Les nouveau-nés prématurés peuvent souffrir de l'une ou de ces deux graves maladies pulmonaires. Dans le cadre du traitement, ils peuvent recevoir l'oxygène par le biais d'un ventilateur ou d'un masque nasal à pression positive continue, ou bien par canule nasale.

Troubles et pathologies chroniques

L’oxygénothérapie peut être utilisée à long terme pour soigner certains troubles et pathologies, par exemple:

  •   BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive). La BPCO est une maladie progressive dans laquelle les lésions des alvéoles empêchent le passage d'une quantité suffisante d'oxygène dans le sang. L’adjectif « progressive » signifie que la pathologie tend à empirer avec le temps.
  •   Insuffisance cardiaque grave. Dans ce trouble, le cœur n'est pas en mesure de pomper une quantité suffisante de sang riche en oxygène pour satisfaire les besoins de l'organisme.
  •   Fibrose kystique. La fibrose kystique est une maladie héréditaire des glandes exocrines, parmi lesquelles celles qui produisent le mucus et la sueur. Chez les patients qui souffrent de fibrose kystique, les voies respiratoires se remplissent de mucus dense et collant qui facilite la prolifération des bactéries, en provoquant des infections pulmonaires graves et récurrentes. Avec le temps, les infections peuvent gravement endommager les poumons.
  •   Troubles respiratoires liés au sommeil qui font baisser le niveau d'oxygène pendant le sommeil, par exemple, l'apnée du sommeil.

Comment cela fonctionne-t-il

L'oxygénothérapie fournit au patient une quantité supplémentaire d'oxygène, un gaz indispensable pour le bon fonctionnement de l'organisme. L’oxygène est disponible sous différentes formes et peut être administré de différentes façons.

Modalités de conservation

L’oxygène est conservé de trois façons: sous forme de gaz comprimé, sous forme de liquide ou sous forme concentrée tirée de l'air.

L’oxygène comprimé est stocké dans des bouteilles en métal de différentes dimensions. Certaines d'entre elles sont assez petites et donc le patient peut les amener tranquillement avec lui, sur un petit chariot, dans un sac ou un petit sac à dos.

L’oxygène liquide est très froid. Quand il sort du récipient, il se transforme en gaz. L’oxygène liquide est livré au domicile du patient, dans un grand récipient, dont il est possible de le transvaser dans des récipients plus petits.

L'avantage de l'oxygène liquide est que les récipients occupent moins de place que ceux de l'oxygène comprimé ou concentré, toutefois l'oxygène liquide coûte plus cher et s'évapore facilement et ne peut donc pas être conservé trop longtemps.

Les concentrateurs d'oxygène filtrent les autres gaz présents dans l'air et stockent uniquement l'oxygène. Ils sont de dimensions différentes et certains d'entre eux sont également portables.

Les concentrateurs d'oxygène coûtent moins cher que les autres types d'oxygénothérapie, également parce qu'ils n'ont pas besoin d'une recharge en oxygène, ils fonctionnent toutefois à l'énergie électrique, donc le patient doit avoir avec lui une recharge d'oxygène en cas de panne d'électricité.

Systèmes d'administration

Dans la majeure partie des cas, l'oxygène est administré par le biais d'une canule nasale, un dispositif formé de deux petits tubes en plastique qui s'insèrent dans les deux narines.

Pour maintenir la canule en position, le patient peut mettre les extrémités les plus longues derrière les oreilles ou bien les fixer à une espèce de masque en forme de lunettes qui sert à cacher les petits tubes. Les petits tubes font ensuite le tour derrière les oreilles et se rejoignent sous le menton, où ils sont fixés au tube qui sort du récipient de l'oxygène.

À la place de la canule nasale, on peut utiliser le masque qui recouvre la bouche et le nez. Cette méthode est surtout utilisée dans les cas où le patient a besoin de l'oxygénothérapie à flux élevé ou si le nez est bouché par un rhume.

Le masque facial est maintenu en position par un élastique qui entoure la tête ou par des petits tubes qui passent derrière les oreilles. L’oxygène est administré par le biais d'un petit tube relié à la partie avant du masque.

L’oxygène peut également être administré par un petit tube inséré dans la trachée, par une incision pratiquée dans la partie avant du cou. Pour placer le tube, le médecin pratiquera une incision avec le bistouri. Ce mode d'administration de l'oxygène est appelé oxygénothérapie trans-trachéale.

Les patients qui reçoivent de l'oxygénothérapie trans-trachéale doivent avoir un humidificateur relié au système d'administration de l'oxygène, pour que le gaz ne traverse pas le nez ou la bouche comme dans les autres modalités d'administration. L'humidificateur sert à humidifier l'oxygène et à empêcher que les voies respiratoires ne sèchent trop.

L’oxygène, en outre, peut être administré par des dispositifs qui aident à la respiration, comme le ventilateur à pression positive continue (CPAP).

Avant le traitement

Si vous vous trouvez dans une situation d'urgence (accident grave, suspicion d'infarctus ou autres événements pouvant mettre votre vie en danger), selon toute probabilité, vous devrez débuter immédiatement l'oxygénothérapie.

Dans les autres cas, par contre, le médecin décidera si vous avez besoin de l'oxygénothérapie sur la base des résultats des examens. La gazométrie sanguine et l'oxymétrie de pouls sont capables de mesurer la quantité d'oxygène présente dans le sang.

Pendant la gazométrie sanguine, une petite aiguille est insérée dans une artère, habituellement celle du poignet: un échantillon de sang est prélevé, et envoyé ensuite en laboratoire, où le niveau d'oxygène est mesuré.

Dans l'oxymétrie de pouls, un petit capteur est placé à la pointe d'un doigt des mains ou des pieds. Le capteur utilise la lumière pour estimer la quantité d'oxygène contenue dans le sang.

Si les examens indiquent que la quantité d'oxygène dans le sang est trop basse, le médecin peut prescrire de l'oxygénothérapie. Dans la prescription, le médecin indiquera le nombre de litres d'oxygène par minute nécessaires au patient (flux) et la fréquence d'utilisation de l'oxygène.

La fréquence d'utilisation comprend le moment où vous devrez utiliser l'oxygène et la durée du traitement. Selon l'état du patient et le niveau d'oxygène dans le sang, vous pourriez avoir besoin de l'oxygène seul à certains moments, par exemple pendant le sommeil ou l'exercice physique.

Si le médecin vous prescrit l'oxygénothérapie, il vous aidera à trouver qui vous fournira à domicile l'oxygène et les appareils.

Pendant le traitement 

En cas d'urgence, par exemple après un accident, un présumé infarctus ou d'autres événements qui pourraient mettre votre vie en danger, selon toute probabilité, vous devrez commencer immédiatement l'oxygénothérapie.

Pendant l'hospitalisation, le médecin vous rendra visite et vous contrôlera pour s'assurer que vous recevez la bonne quantité d'oxygène. Pendant l'oxygénothérapie, vous serez aidé par les infirmières ou les thérapeutes de la respiration.

Si vous devez recevoir l'oxygénothérapie à domicile, la personne qui vous fournit l'oxygène vous aidera à mettre en place tous les appareils.

Des infirmiers spécialisés vous apprendront comment utiliser les appareils et comment en prendre soin; ils vous fourniront l'oxygène et vous apprendront comment les manipuler en toute sécurité.

L'oxygène est inflammable, donc vous devrez suivre des précautions particulières de sécurité. Bien que n'étant pas explosif, il est toutefois inflammable, donc en présence d'oxygène, un petit incendie peut rapidement échapper à votre contrôle. Les bouteilles d'oxygène comprimé, en outre, peuvent exploser si elles sont exposées à des sources de chaleur.

La personne qui vous livre l'oxygène à domicile vous donnera une liste de précautions à observer à la maison et dans les lieux publics. Par exemple, si vous avez l'oxygène avec vous:

  •   vous ne devez pas fumer ou rester près de personnes qui fument,
  •   vous ne devez pas utiliser de dissolvants, de détergents, de gazole, de sprays et d'autres matériaux inflammables,
  •   vous devez rester à au moins un mètre et demi de distance des poêles à gaz, des bougies et autres sources de chaleur.

Quand l'oxygène est inutilisé, il doit être conservé dans des lieux vastes et aérés. Ne conservez jamais les bouteilles d'oxygène comprimé et d'oxygène liquide dans des lieux petits et non aérés, par exemple dans les cagibis, derrière des rideaux ou près des tapis ou tissus.

Les récipients d'oxygène laissent toujours échapper de petites quantités de gaz qui peuvent s'accumuler et devenir donc dangereuses si l'oxygène est conservé dans des lieux trop étroits.

Complications et effets secondaires

L’oxygénothérapie peut provoquer des complications et effets secondaires, par exemple:

  •   sécheresse nasale,
  •   épistaxis,
  •   irritation cutanée due à la canule ou au masque,
  •   fatigue et mal de tête matinal.

Si les problèmes persistent, informez le médecin et les infirmiers. Selon le problème, le médecin peut modifier la quantité d'oxygène ou la durée du traitement.

Si vous avez le nez trop sec, le médecin peut vous conseiller un spray nasal, ou bien il peut ajouter un humidificateur à l'appareil d'administration.

Si la canule ou le masque sont gênants, les infirmiers peuvent vous aider à en trouver un plus pratique, ou bien ils peuvent vous conseiller du gel et des dispositifs utiles pour diminuer l'irritation.

Les complications de l'oxygénothérapie trans-trachéale peuvent être plus graves. Dans ce type d'oxygénothérapie, l'oxygène est administré par le biais d'un petit tube inséré directement dans la trachée par une petite incision pratiquée dans la partie avant du cou.

Dans l'oxygénothérapie trans-trachéale:

  •   Des accumulations de catarrhe peuvent se former dans la trachée, car l'oxygène sèche les voies respiratoires. Le mucus peut provoquer de la toux et obstruer la trachée.
  •   Le petit tube peut glisser ou se casser.
  •   Il existe un danger d'infections.
  •   Il existe un danger de lésions aux parois de la trachée.

Le risque de complications diminue si l'on manipule correctement et avec soin le petit tube et les autres appareils.

Surveillance continue

Pour être certains de tirer le bénéfice maximum de l'oxygénothérapie, vous devez aller régulièrement chez le médecin. Le médecin contrôlera vos progrès, et si nécessaire, modifiera le traitement.

Ne prenez jamais d'initiatives pour modifier la quantité d'oxygène que vous prenez ou le flux d'oxygène. Parlez toujours des problèmes ou des effets secondaires avec le médecin: il est le seul à pouvoir vous indiquer comment modifier le traitement.

Demandez au médecin quand il convient de le contacter et quand il faut appeler les urgences. Le médecin peut vous conseiller sur ce qu'il faut faire si:

  •   vous avez le souffle plus court qu'à l'habitude, vous souffrez de dyspnée ou votre respiration est différente de d'habitude.
  •   Vous avez de la fièvre, vous avez plus de catarrhe que d'habitude ou vous présentez les symptômes d'une infection en cours.
  •   Vous avez les doigts des mains ou les lèvres bleus. Ce sont des symptômes qui montrent que votre organisme ne reçoit pas une quantité suffisante d'oxygène.
  •   Vous êtes en état de confusion, inquiet ou plus anxieux que d'habitude.

En cas d'urgence, rendez-vous immédiatement aux urgences ou appelez le 118.

Posté sur 29/08/2014 Home, Devenir intelligent, Tous les articles 0 9118

Laissez un commentaireLaisser un commentaire

Préc
suiv

Aucun produit

Être déterminé Livraison
0,00 € Total

Procéder à l'achat